L’esplanade Saint-Vincent de 1915 à 2015 L’esplanade Saint-Vincent de 1915 à 2015

Ecrit par Stéphane Echasserieau le mercredi 29 janvier 2014. Catégorie(s) : Lieux, Le Mag, Photos, Histoire

Notre rétrospective en images suit l'évolution de l'esplanade Saint-Vincent de 1915 à 2015 et apporte un éclairage historique sur la nouvelle configuration qui se dessine au pied du Château.
La nouvelle esplanade Saint-Vincent qui commence à prendre forme au pied du Château provoque un flot de réactions, généralement réservées, souvent très critiques. Au cœur de la polémique, le nouvel Office de tourisme qui vient occuper un terrain situé à seulement quelques mètres des remparts, espace sensible jusqu'à présent laissé vacant. « Le bâtiment rompt l'unité des lieux », « L'emplacement ne convient pas du tout », « La perspective est vraiment gâchée » peut-on lire sur les forums consacrés à la nouvelle construction. Alors, la Municipalité fait-elle vraiment fausse route avec son projet « Saint-Vincent 2015 » ? Pour alimenter le débat, nous avons décidé de nous plonger dans les archives, avec la simple intention de retracer l'évolution de l'esplanade de 1915... à 2015, date à laquelle les travaux devraient s'achever. Permettre à nos lecteurs de juger de la nouvelle configuration des lieux à la lumière des configurations précédentes, telle est l'ambition de cette rétrospective en images. Comment les urbanistes ont-ils façonné l'esplanade au cours du XXe siècle ? Comparé aux anciens aménagements, le projet Saint-Vincent 2015 est-il si incongru qu'on le dit ? La perspective sur les remparts a-t-elle toujours été dégagée ? A ces quelques questions, notre voyage dans le temps apporte des réponses parfois surprenantes...

Dans les années 10, attelages, tramway et piétons se partagent l'esplanade Saint-Vincent.
Dans les années 10, attelages, tramway et piétons se partagent l'esplanade Saint-Vincent.
Années 10. Un grand parc devant le casino, une zone boisée au pied du château, la configuration de l'esplanade au début du XXe siècle fait la part belle aux espaces verts.
Années 10. Un grand parc devant le casino, une zone boisée au pied du château, la configuration de l'esplanade au début du XXe siècle fait la part belle aux espaces verts.
Années 20. Vue d'ensemble de l'esplanade. Un grand espace boisé et la station de tramway dominent la place.
Années 20. Vue d'ensemble de l'esplanade. Un grand espace boisé et la station de tramway dominent la place.
Années 20. Un grand espace vide au centre de l'esplanade, mais de nombreuses constructions tout autour.
Années 20. Un grand espace vide au centre de l'esplanade, mais de nombreuses constructions tout autour.
Années 20. L'esplanade Saint-Vincent est également utilisée comme plate-forme de déchargement des navires amarrés Quai Duguay-Trouin. Ici, 3 000 barriques de vins destinées à la Maison Mathonnet.
Années 20. L'esplanade Saint-Vincent est également utilisée comme plate-forme de déchargement des navires amarrés Quai Duguay-Trouin. Ici, 3 000 barriques de vins destinées à la Maison Mathonnet.
Années 20. Cette vue des remparts fournit un bon aperçu des bâtiments qui occupaient l'esplanade dans la première partie du XXe siècle. Tout en haut, les Bains chauds. Au centre la station de tramway et un bâtiment commercial. En bas, l'Octroi et les Douanes.
Années 20. Cette vue des remparts fournit un bon aperçu des bâtiments qui occupaient l'esplanade dans la première partie du XXe siècle. Tout en haut, les Bains chauds. Au centre la station de tramway et un bâtiment commercial. En bas, l'Octroi et les Douanes.
Années 30. La voiture fait son apparition et envahit déjà l'esplanade.
Années 30. La voiture fait son apparition et envahit déjà l'esplanade.
Années 30. L'esplanade vue du Donjon. Avec la station de tramway et celle des autocars, l'Esplanade Saint-Vincent est devenue dans les années 30 l'un des principaux points névralgiques du réseau de transports en commun de Saint-Malo.
Années 30. L'esplanade vue du Donjon. Avec la station de tramway et celle des autocars, l'Esplanade Saint-Vincent est devenue dans les années 30 l'un des principaux points névralgiques du réseau de transports en commun de Saint-Malo.
Années 30. Vue d'ensemble de l'esplanade. Dans les années 30, une grande partie du terrain reste inexploitée.
Années 30. Vue d'ensemble de l'esplanade. Dans les années 30, une grande partie du terrain reste inexploitée.
1944. L'esplanade Saint-Vincent à l'abandon après les violents combats qui s'y sont déroulés.
1944. L'esplanade Saint-Vincent à l'abandon après les violents combats qui s'y sont déroulés.
1944. Les combats de la Seconde Guerre mondiale qui sur cette photo semblent avoir fait table rase de l'esplanade ont en fait épargné les différents édifices construits aux abords de la Porte Saint-Vincent, comme on pourra le voir sur les photos suivantes.
1944. Les combats de la Seconde Guerre mondiale qui sur cette photo semblent avoir fait table rase de l'esplanade ont en fait épargné les différents édifices construits aux abords de la Porte Saint-Vincent, comme on pourra le voir sur les photos suivantes.
Années 50. La ville a été reconstruite, mais la cathédrale est encore privée de clocher. La configuration des lieux reste identique à celle des années 30. La statue de Chateaubriand fait son apparition.
Années 50. La ville a été reconstruite, mais la cathédrale est encore privée de clocher. La configuration des lieux reste identique à celle des années 30. La statue de Chateaubriand fait son apparition.
Années 50. Exit le tramway. Cars et voitures occupent le terrain.
Années 50. Exit le tramway. Cars et voitures occupent le terrain.
Années 60. Gros plan sur la Porte Saint-Vincent devant laquelle un parterre fleuri a été aménagé.
Années 60. Gros plan sur la Porte Saint-Vincent devant laquelle un parterre fleuri a été aménagé.
Années 60. Les grands arbres plantés dans le Jardin des Douves dominent encore la perspective sur les remparts.
Années 60. Les grands arbres plantés dans le Jardin des Douves dominent encore la perspective sur les remparts.
Années 70. Un rond-point éphémère fait son apparition au centre de l'esplanade.
Années 70. Un rond-point éphémère fait son apparition au centre de l'esplanade.
Années 70. L'esplanade vue de la statue de Chateaubriand.
Années 70. L'esplanade vue de la statue de Chateaubriand.
Années 70. Le clocher de la cathédrale, reconstruit en 1973, donne à l'intra-muros son aspect définitif.
Années 70. Le clocher de la cathédrale, reconstruit en 1973, donne à l'intra-muros son aspect définitif.
Les années 80 sont marquées par l'arrivée du fameux souterrain, ou décapsuleur (sur la gauche). Le rond-point a été abandonné au profit d'un parking.
Les années 80 sont marquées par l'arrivée du fameux souterrain, ou décapsuleur (sur la gauche). Le rond-point a été abandonné au profit d'un parking.
Années 90. La végétation perd du terrain. Les grands arbres du Jardin des Douves disparaissent. La perspective s'ouvre sur le Château et les remparts.
Années 90. La végétation perd du terrain. Les grands arbres du Jardin des Douves disparaissent. La perspective s'ouvre sur le Château et les remparts.
Une vue aérienne montrant l'esplanade Saint-Vincent telle qu'elle se présentait dans les années 2000.
Une vue aérienne montrant l'esplanade Saint-Vincent telle qu'elle se présentait dans les années 2000.
Années 2000. Dans le Jardin des Douves, les grands arbres au feuillage abondant ont été remplacés par des palmiers de taille bien plus modeste.
Années 2000. Dans le Jardin des Douves, les grands arbres au feuillage abondant ont été remplacés par des palmiers de taille bien plus modeste.
Années 2000. Le manège est une des caractéristiques de l'esplanade Saint-Vincent telle que nous la connaissons aujourd'hui. Son avenir semble compromis.
Années 2000. Le manège est une des caractéristiques de l'esplanade Saint-Vincent telle que nous la connaissons aujourd'hui. Son avenir semble compromis.
Années 2000. L'esplanade Saint-Vincent telle qu'elle se présentait avant le lancement des grands travaux qui ont débuté par l'aménagement du parking souterrain (parking Saint-Vincent) et qui se poursuivent actuellement avec la construction du nouvel Office de tourisme.
Années 2000. L'esplanade Saint-Vincent telle qu'elle se présentait avant le lancement des grands travaux qui ont débuté par l'aménagement du parking souterrain (parking Saint-Vincent) et qui se poursuivent actuellement avec la construction du nouvel Office de tourisme.
L'esplanade Saint-Vincent telle qu'elle devrait se présenter en 2015. Le nouvel Office de tourisme bloque-t-il entièrement la vue sur les remparts, comme le déplorent certains ? Cette image nous permet d'en juger.
L'esplanade Saint-Vincent telle qu'elle devrait se présenter en 2015. Le nouvel Office de tourisme bloque-t-il entièrement la vue sur les remparts, comme le déplorent certains ? Cette image nous permet d'en juger. Illustration © Art Image 3D
2015. L'espace est restitué aux piétons qui peuvent aller venir entre l'intra-muros, l'Office de tourisme et le parking Saint-Vincent sans devoir traverser les voies de circulation automobile.
2015. L'espace est restitué aux piétons qui peuvent aller venir entre l'intra-muros, l'Office de tourisme et le parking Saint-Vincent sans devoir traverser les voies de circulation automobile. Illustration © Art Image 3D
Une vue d'ensemble de l'esplanade prévue pour 2015. Nous risquons de mettre un certain temps à nous habituer au contraste entre la modernité des lieux et le caractère historique de l'intra-muros.
Une vue d'ensemble de l'esplanade prévue pour 2015. Nous risquons de mettre un certain temps à nous habituer au contraste entre la modernité des lieux et le caractère historique de l'intra-muros. Illustration © Art Image 3D
Merci à Art Image 3D pour les illustrations en 3D correspondant à la période 2015.

Commentaires (13)

  • tifre

    tifre

    31 janvier 2014 à 15:56 |
    A quoi sert de vouloir tenter d'imiter les grandes villes avec ces esplanades modernes? A mon sens c'est une faute de goût qui aseptise cet endroit historique !
    • Larose

      Larose

      03 février 2014 à 23:54 |
      J'aime le moderne et je pense que dans la vie c'est nécessaire pour avancer ! Mais s'il vous plait arrêtez de vouloir en mettre partout, Saint-Malo est une ville riche en histoire avec un patrimoine merveilleux alors pourquoi vouloir tout gâcher en voulant copier de grande métropole ? Pour plaire à vos investisseurs parisiens ?
  • briot

    briot

    04 février 2014 à 10:47 |
    comme au Mont St Michel les parkings disparaissent de la proximité des remparts, la frequentation baissera aussi ?
  • ARMAMA

    ARMAMA

    04 février 2014 à 14:12 |
    Je préfère l'authenticité ! Qu'avez-vous fait de St-Malo ???
  • josiane martin

    josiane martin

    09 février 2014 à 13:32 |
    c est un gros bouton devant nos remparts qui on subis les guerres on doit respecter cette veuille dame notre ((((saint malo )))))))++++++
  • tifre

    tifre

    11 février 2014 à 20:45 |
    J'ai entendu que les planches de bois étaient là pour rappeler les brises lames, si cette info est vraie c'est manifestement loupé.
    De toute façon sans protection ces bâtons vont pourrir par le haut avec les infiltrations au gré des intempéries...
  • raimbeaux

    raimbeaux

    12 février 2014 à 13:36 |
    quel mepris pour ce site historique classé qui avait vu disparaitre des verrues au fil des années;Pourquoi lui imposer ce herisson qui gache l'approche du vaisseau ou la premiere vision est "hommes" femmes" des sanitaires.....Comment un architecte des monuments historiques a pu
    valider une telle implantation....
  • jetmcbo

    jetmcbo

    20 février 2014 à 22:15 |
    Comment est-ce qu'on va faire maintenant pour rentrer dans la ville en voiture, eh oui en voiture ?
    Par où devrons nous passer et pour aller à la gare maritime ?
    Stupide tout l'espace réservé aux piétons... Il faut que l'on puisse rentrer comme avant en voiture... Notre ville n'est qd même pas que pour le tourisme !....
  • MANOU

    MANOU

    28 mars 2014 à 17:01 |
    Où sont partis tous les arbres ?
  • un malouin

    un malouin

    17 mai 2014 à 00:47 |
    et BIENTOT UNE TOUR EIFFEL
  • chantal

    chantal

    28 mai 2014 à 14:19 |
    j aime le site
    mais pas l évolution de st malo
    trop de modernité mal placée
    dommage
  • chantal

    chantal

    29 mai 2014 à 18:33 |
    si le hérisson enlève ses piquants se sera moins moche.....................et cela fera moins échafaudage malgré que l on dit que c est des brises lames qui me font venir des larmes..................
  • legendre

    legendre

    18 septembre 2015 à 15:19 |
    Chantier permanent autour du syndicat d'initiative horrible avec des bouts de bois ridicules. Arret de taxi mal signalé et attente "DEBOUT" 10 minutes ou + sans abri.
    Je profite du site pour déplorer le service de bus , une voiture toutes les demi heures au mieux, c'est ridicule. Courtoisville qui se développe est isolé d'intra le bus 8 toutes les heures !

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.