Mystère n° 2 : L'origine du nom « Le Môle des Noires » Mystère n° 2 : L'origine du nom « Le Môle des Noires »

Ecrit par Stéphane Echasserieau le mardi 12 novembre 2013. Catégorie(s) : Lieux, Chroniques, Le Mag, Histoire

Si elle s'était appelée « La jetée du Grand large » ou « La digue des Tempêtes », nous n'aurions probablement pas cherché à en savoir plus. Mais la grande avancée de 520 m de long qui marque l'entrée du port de Saint-Malo porte un nom plus mystérieux : le « Môle des Noires ». D'où vient cette bien belle appellation ? Le flou qui l'entoure, telle la brume qui enveloppe la digue au petit matin, dissimule ses origines. Nous avons tenté de le dissiper.
Le Môle des Noires... Les premières images qui nous viennent à l'esprit au contact de ce féminin pluriel sont celles de femmes à la peau couleur ébène. La jetée aurait-elle été baptisée en souvenir de femmes esclaves ? Ce serait bien sûr tout à fait extraordinaire. Le port de Saint-Malo ayant joué un rôle très actif dans la traite des Noirs jusqu'en 1824, l'hypothèse ne semble pourtant pas si absurde... Mais vérification faite, cette première piste n'est pas la bonne. Nous nous sommes laissés emportés par notre imagination. Il faut dire que la ville de Saint-Malo ne s'est pas encore réconciliée avec son passé de port négrier : il aurait été surprenant qu’une construction soit nommée en hommage aux victimes du trafic de « l'or noir ».
Nos recherches sur le Môle des Noires nous entraînent rapidement dans une tout autre direction : la digue tiendrait son nom des femmes de marins, toutes de noir vêtues, qui s'y rendaient pour attendre le retour de leurs maris embarqués sur les Terre-Neuvas1. Cette théorie, la plus répandue d'entre toutes, semble communément admise. Pourtant, elle soulève d'emblée plusieurs questions : pourquoi ces femmes étaient-elles vêtues de noir ? Et pourquoi allaient-elles attendre sur la digue, et pas sur le quai ? Le doute s'installe définitivement lorsque nous voyons apparaître une autre version selon laquelle les « Noires » désigneraient les femmes de marins disparus qui venaient guetter en vain le retour de leur mari. Il faut nous faire une raison : cette histoire, semblable à d'autres racontées dans d'autres ports, relève plus de la légende que de l'explication rationnelle.
La véritable origine, que nous finissons par découvrir dans différents ouvrages réputés pour leur sérieux, est bien plus prosaïque. Le Môle des Noires tient son nom des rochers sur lesquels il a été construit : les « Roches Noires », qui elles-mêmes tiennent leur nom de leur couleur. Une explication au ras du sol qui nous fait tomber bien bas si on s'est laissé séduire ne serait-ce qu'un instant par la thèse des femmes esclaves, ou celle des femmes de marins.
Il nous reste un point à éclaircir. Pourquoi môle, et pas jetée ou digue ? Nous avons demandé à M. Jean-Louis Duquesnoy, fondateur de la Librairie du Môle et grand habitué de la digue, son avis sur la question. Selon lui, le terme « môle » vient de l'italien « mollo » qui dans cette langue signifie « masse ». Et notre ami libraire de préciser : « Le fait qu'on utilise ce mot plutôt qu'un autre dans la région tend à montrer que Saint-Malo a eu des liens commerciaux très étroits avec l'Italie. ». Encore un point d'histoire à explorer…

Commentaires (2)

  • Malo Harvey

    Malo Harvey

    12 novembre 2013 à 19:38 |
    Bonsoir et merci de vos recherches qui sont comme toujours, tres interessantes. Par la meme, j'aimerais aussi saluer Monsieur Duquesnoy avec qui j'ai eu le plaisir de discuter (et meme acheter!) des livres dans sa librairie il y a hélas plus de vingt ans.
  • Duquesnoy

    Duquesnoy

    23 février 2016 à 17:01 |
    Vraiment très intéressant, j'aurais aussi aimé l'histoire des femmes de marins . Je connais aussi la librairie , qui porte le même nom que mon mari, né à St-Malo :)

Poster un commentaire

Vous êtes identifié en tant qu'invité.